↑ Revenir à Le centre

Historique

8 novembre 2017 : relecture, corrections de quelques formulations sans modifier le fond de l’article.
1e PARTIE  (extraite de l’historique du projet  du Centre Social de décembre 1987)

Décembre 1973 : naissance du Centre Social       (inscription de l’association au Journal Officiel).
Septembre 1986 emménagement dans un bâtiment flambant neuf, 5 rue du Marthourey

De 1969 à 1972, Villars voit sa population augmenter fortement par la construction de co-propriétés importantes (La Feuilletière, le Plat-Haut et l’Hippodrome : plus de 1100 logements) sans que les équipements collectifs avancent au même rythme et, semble-t-il, sans que la municipalité s’y soit préparée.

L’arrivée de nouveaux habitants, jeunes familles pour la plupart, porteuses de nouveaux besoins et de nouvelles aspirations, a provoqué une certaine crainte de “perte d’identité” chez les plus anciens villardaires ce qui a entraîné de façon durable des barrières entre “anciens” et “nouveaux”.

C’est dans ce contexte qu’un groupe motivé se constitue. Ces personnes se rassemblent pour mettre leurs idées en commun et élaborer des propositions qui, au moins au début, étaient principalement axées sur les besoins des quartiers neufs (écoles, commerces, alimentation en eau, classement des voies d’accès, transports en commun, téléphone, …).

Très rapidement aussi la réflexion est à la fois plus globale et orientée vers une action sociale :  

 “L’association Centre Social de Villars … se propose au départ de créer sur la commune et avec la collaboration des habitants
des activités et des services (sociaux, sanitaires, culturels et éducatifs) et de favoriser la rencontre et le regroupement
des personnes, des familles ou des associations afin de promouvoir une vie de communauté”.   
(citation)

 

Des locaux pour fonctionner

Bibliothèques de l’Hypodrome et la Feuilletière – la Pible

En 1974 la Municipalité envisage la construction d’un bâtiment pour le Centre Social mais y renonce en octobre de la même année….

              Alors : comment fonctionner sans locaux ?

Il faut prendre le problème par “l’autre bout” : créer ponctuellement des actions dès que des locaux sont trouvés, même s’ils sont petits et dispersés.

C’est ainsi que deux équipes de bénévoles ouvrent trois bibliothèques : une au Plat-Haut, une à l’Hippodrome (dans des locaux de copropriétés) et une pour enfants à la Pible (local de la paroisse) ; rapidement un local plus grand est prêté par la Feuilletière.

Bientôt d’autres initiatives voient le jour, par exemple l’ouverture des premiers cours d’activités manuelles en 1975 et dès octobre 1976 la création du CLSH (Centre de Loisirs Sans Hébergement).

Enfin, dans les années 1978/1980 les portes des locaux communaux s’ouvrent ce qui permet de proposer de nouvelles activités aux Villardaires. Parallèlement des idées se font jour pour tisser des liens dans la commune ; deux exemples sont à noter, d’autant plus marquants qu’ils  perdurent encore aujourd’hui :
     >> en juin 1978 se déroule la première semaine d’animation préparée et animée par plusieurs associations     de Villars.

   >> en octobre 1979 distribution du premier numéro de Passerelles, magazine du Centre Social ouvert à toutes les associations.
                                  
(1)  Quelques exemples du contenu de Passerelles au fil du temps.

Grâce à la volonté et la persévérance de ces bénévoles, diverses actions d’information en matières d’éducation, de santé, d’économie, d’aide juridique se mettent en place. C’est également à cette période que les premières expositions, soirées débats et bourses aux vêtements verront le jour. En parallèle une réflexion est lancée sur la place des adolescents. Un poste de permanent salarié, à la fois coordinateur des activités et animateur jeunes, est créé en novembre 1981.

Toutefois le développement du Centre se heurte aux difficultés de financement des activités et des salaires ; la dispersion des locaux compliquera le fonctionnement jusqu’à la construction du bâtiment actuel.

Mi 1986 le Centre emménage  dans un bâtiment (enfin un seul !), flambant neuf dont les plans ont été conçus en collaboration avec la Municipalité, les responsables et les adhérents du Centre. Celles et ceux qui n’ont pas connu les allers et retours entre le 3ème étage de l’ancienne poste, l’ancienne cantine du bourg, les salles paroissiales, la pible, etc. … auront des difficultés à imaginer le soulagement de tous ces bénévoles qui ont ouvert la voie sur de solides fondations.

              Le Centre Social d’aujourd’hui leurs rend un amical hommage.

Villars, mai 2006

 

 

2e PARTIE     1987 – 2011

 

juin 2018, en cours de rédaction

 

 

Aller à la barre d’outils